lupa

Dictionnaire Flamenco Flamenco

  • Pour comprendre un peu plus clairement ce concept nous imaginerons la sphère d'une montre avec les numéros du 1 au 12.
    Le 1 se maintient, le 2 se maintient, le 3 se maintient, le 4 se maintient, le 5 se maintient, le 6 se maintient, le 7 se maintient, le 8 se maintient, le 9 se maintient, le 10 se maintient, le 11 est montré comme le 1 et le 12 comme le 2. Maintenant nous visualisons la montre imaginaire et nous traçons un trait du 12 (le 2) jusqu'au 6. Le côté droit est appelé 6/8 et le côté gauche 3/4, le trait imaginaire est appelé accent.
    La moitié droite du cercle correspond aux six temps d'un compas 6/8 avec les accents sur le 12 (2) et le 3, divisantles six temps en deux groupes de trois: 2-1-2; 3-4-5.
    La moitié gauche montre les six temps d'un compas 3/4 avec les accents sur les 6, les 8 et les 10, en distribuant ces temps en trois groupes de deux: 6-7; 8-9; 10-11 (1).
    Pour compter les douze temps d'un compas flamenco la montre flamenco nous guide de manière graphique et nous aide à c omprendre la structure rythmique des styles basés sur des compas à 12 temps. La montre a le rôle d'un régulateur de compas.
    Sur la montre flamenco nous recomptons les temps du compas de forme traditionnelle.

     

  • Cadence rythmique, mélodique ou harmonique dans la musique flamenco. Dernier "tercio" qui, classiquement, consiste à accélérer le temps et changer le ton modal par le tonal, majeur. Dans beaucoup de chants cette fin (remate) est connue comme "macho" ou changement (cambio).

  • Chant également appelé "corrido" ou "corrida", avec ses origines dans une intonation spéciale des chansons de geste populaires andalouses. Interprété sans accompagnement.

  • Chant flamenco du groupe des Cantiñas de Cadix. Romero el "Tito", cantaor populaire du XIXème siècle créa à partir d'une ancienne Cantiña ce style dansant, auquel il donna son propre nom, le nommant Romera.
  • Rondeñas, elle appartiennent à la branche des chants andalous, styles de Malaga, appartiennent aux groupes des libres. C'est un palo flamenco qui provient de la ville de Ronda, région de Malaga. Comme le reste des palos flamenco venant de Malaga, la Rondeña est antérieure au propre flamenco.
    Il s'agit d'une chanson/copla de quatre vers de huit syllabes, généralement de rime consonante, qui se convertit en cinq lorsqu'on répète le second, mais existe également sans répétition. Il s'agit d'une composition sans compás, dont les paroles s'identifient beaucoup avec la vie de la campagne. Ce chant a évolué durant les derniers temps, moins chargé de melismes et un peu plus lent qu'à ses débuts.

  • La rumba est à l'origine un genre musical cubain, mais c'est aussi le nom donné à une danse de salon qui se danse sur des boléros. Il existe aussi la rumba flamenca et la rumba congolaise.

    La rumba naît à La Havane et Matanzas au milieu des années 1800 dans les milieux afro-cubains.
    Le mot (dérivé de l'espagnol rumbo, en route...) désigne les fêtes nocturnes où on se rassemble (souvent dans les cours d'immeubles, les « solares ») pour chanter et danser.
    C'est une musique faite de chants et de percussions, où le rythme qui démarre doucement va en s'accélérant.
    Au tout début, on utilisait les tiroirs des armoires (cajónes) ou des cageots de morue ou encore des petites cuillères en bois (cucharas), puis des congas.

    Au cours du XVIIIe siècle, la guaracha cubaine va être adoptée par les gitans de Séville en Espagne et au Portugal, et prendre le nom de rumba flamenca. Elle est avant tout une musique conviviale, peu compliquée (rythmique plutôt simple et répétitive plus solo) elle est idéale pour jouer à plusieurs, entre joueurs débutants et confirmés. Les Gipsy Kings en sont l'emblème, mais elle a été jouée aussi par de grands guitaristes flamenco comme Paco de Lucia (Río Ancho, Entre Dos Aguas) ou encore Paco Pena (La Lola).

    La naissance de la rumba catalana commence dans les rues du Raval de Barcelone avec des personnages tels que Orelles ou El Toqui. La rumba catalane est un dérivé de la rumba flamenca mais elle intègre des influences du son cubain et du mambo. Le plus important représentant de la rumba catalane, développée principalement à partir des années 60 est Peret, de son vrai nom Pedro Pubill Calaf, inventeur du ventilador. La rumba catalane mélange les ingrédients de la rumba flamenca, du son et du mambo mais également du rock. Parmi ses ambassadeurs les plus célèbres citons : Peret, Gato Perez ou Pescaílla...

Nous utilisons nos propres cookies et ceux des tiers pour améliorer l'expérience de navigation. En poursuivant la navigation nous comprenons que notre politique cookies est acceptée.