lupa

Chant Andalous Flamenco

  • Fandangos, appartiennent à la branche du chant andalous et s'inclut dans la famille des Fandangos, chants dansants. El Fandango est un air populair dansant, executé par un couple, mouvements vifs. Le compas est ternaire, les vers octosyllabes et on emploie fréquemment les castagnettes, liens de parentée avec la jota.
    Depuis le début du XIXème siècle, le flamenco a adopté certaines caractéristiques des fandangos andalous, créant ainsi les "Fandangos aflamencados" considérés aujourd'hui comme un de palos flamenco de base.
  • Fandangos de Huelva, appartenant à la branche des chants andalous et inclus dans la famille des Fandangos, chants dansants, métrique ternaire. Le Fandango est un des chants les plus généralisés deu folklore du Sud. Parmis ces styles les plus importants sont ceux de Lucena et ceux de Huelva. Ces derniers sont des chants à la fois ingénus et malicieux, suivant la construction du fandango classique quant à sa structure, mais sa mélodie est originale et très personnelle.
  • Granadinas/Granainas, appartiennent à la branche des chants andalous, styles de Malaga, appartient au groupe des libres. La Media Granadina, qui devrait être originaire de Granada, vient de l'ancient fandango (verdial) très utilisé dans les régions montagneuses de Ronda et Malaga. C'est pour cela qu¡on onclut la Media Granaina parmi les styles de Malaga. Chant de ligne mélodique claire, le marivaudage de la voix sert de pont aux changements de tonalité.
  • Medias granadinas/granainas, appartiennent à la branche des chants andalous, styles de Malaga, appartient au groupe des libres. La Media Granadina, qui devrait être originaire de Granada, vient de l'ancient fandango (verdial) très utilisé dans les régions montagneuses de Ronda et Malaga. C'est pour cela qu¡on onclut la Media Granaina parmi les styles de Malaga. Chant de ligne mélodique claire, le marivaudage de la voix sert de pont aux changements de tonalité.
  • Rondeñas, elles appartiennent à la branche des chants andalous, styles de Malaga, appartiennent aux groupes des libres. C'est un palo flamenco qui provient de la ville de Ronda, région de Malaga. Comme le reste des palos flamenco venant de Malaga, la Rondeña est antérieure au propre flamenco.
    Il s'agit d'une chanson/copla de quatre vers de huit syllabes, généralement de rime consonante, qui se convertit en cinq lorsqu'on répète le second, mais existe également sans répétition. Il s'agit d'une composition sans compás, dont les paroles s'identifient beaucoup avec la vie de la campagne. Ce chant a évolué durant les derniers temps, moins chargé de melismes et un peu plus lent qu'à ses débuts.
  • Les Tarantas appartiennent à la branche des chants andalous, chants dits du Levante, de l'Est, provenant des provinces orientales, Almeria et Murcia, chants des mines, et métrique libre, appartient au group des tangos et son style métrique est binaire. Principal chant du style "levantino", sans aucun doute, la Taranta. Chant long, dur, très masculin, sans autre influence à ses débuts que celle du fandango. La taranta est le chant des mines par excellence. Nées dans les bassins miniers les plus inhospitaliers, la taranta reflète l'effort surhumain au travers des ses passages tourmentés, ainsi que la terrible fatigue des premiers cultivateurs.
    Chant chromatique et donc très expressif, la guitare sert d'appui pour la tonalité et à maintenir le rythme.
  • Les verdiales sont des fêtes populaires accompagnées d'une formation musicale appelée pada. Création artistique paysanne qui provient de certaines zones de la province de Málaga (Andalousie, Espagne) comme, par exemple la région de l’Axarquía, la vallée du Guadalhorce et les monts de Málaga, les verdiales constituent un style particulier de chant et de danse, accompagnés d’un groupe de musique composé d'un violon, de deux à quatre guitares, d'un tambourin, d'au moins deux cymbales, de castagnettes et parfois d'une mandoline. Cet ensemble de chanteurs, danseurs et musiciens est appelé en argot la Bande de verdiales et les spectacles se nomment la Fête des verdiales. Le mot verdiales provient de la région d’oliveraies de Málaga, où se cultive un type d’olives nommé verdial, qui restent vertes une fois mûres.

    Les verdiales sont d’un grand intérêt musicologique pour trois raisons :

    1) son ancienneté : selon les spécialistes de flamenco, les verdiales sont la forme la plus primitive de fandango de Málaga et peut-être aussi du fandango andalou en général. On va même jusqu’à dire que « le fandango le plus ancien de l’histoire du flamenco est sans doute celui de Málaga » sous ses deux formes (fandango abandonao et verdiale) ; 

    2) sa pureté : il s’agit d’un fandango campagnard qui, selon les spécialistes, a très peu évolué et a su conserver sa nature primitive, rude et authentique ; 

    3) sa vitalité : à l'inverse des autres manifestations andalouses qui ont perdu leur essence à cause de la disparition du contexte culturel et de son « académisation », les verdiales ont continué de se transmettre de père à fils sans interruption jusqu’à nos jours ; c’est pourquoi il s’agit d’un véritable modèle de folklore vivant et rare. 

    Jusqu'au milieu du siècle passé, les verdiales étaient considérés comme du folklore campagnard, mais peu à peu l'exode rural des paysans vers la capitale Málaga a rapproché ce type de fandango de celui de la ville, jusqu’à ce que les verdiales soient devenus presque un symbole de l’identité collective de la province de Málaga.

Nous utilisons nos propres cookies et ceux des tiers pour améliorer l'expérience de navigation. En poursuivant la navigation nous comprenons que notre politique cookies est acceptée.