lupa
Alegrias

Alegrias

Chant avec couplet, en général de quatre vers de huit syllabes chacun, qui appartient au groupe de 'las cantiñas'. Né comme un chant sur lequel on pouvait danser, très festif. Il se caractérise par son dynamisme, son aisance et sa grâce. Le chant en lui-même est formé par une succession de 'coplas' et entre 'alegría y alegría' il est d'habitude d'intercaler certaines variations ou de petits jeux de différente musique du même 'compás'. Il s'agit essentiellement d'un style 'gaditano', même s'il existe une version particulière à Córdoba. On considère que cette 'cantiña' tient son origine de la 'jota de Cádiz' qui se chantait dans cette ville, selon les historiens et les folklores, pendant la guerre de l'Indépendence et pendant la période libérale. Aussi bien dans le chant que dans la danse, son calcul rythmique est identique à celui de la soleá, même s'il est plus léger, lui proporcionant un air un peu plus vivant. La danse est assez difficile à effectuer et se caractérise par des 'escobillas' très remarquées et une partie calme qui s'appelle 'silencio'. C'est dans ce dernier que se vocalise le traditionel "tirititrán", qui selon Chano Lobato, fut inventé par Ignacio Espeleta durant una fête où ils avaient oublié les paroles. Les plus grands interprètes de ce genre que l'histoire a connu sont Aurelio Sellés, Pericón de Cádiz, Fosforito, la Perla ou Camarón.

L'actualité de la 'alegría' n'a jamais perdu de sa vigueur et, depuis l'époque des cafés chantants où la dansaient notamment Juana La Macarrona, La Melena, Fernanda Antúez, La Mejorana et Gabriela Ortega, jusqu'à aujourd'hui, il s'agit d'un style presque obligatoire dans tous les répertoires de figures de danse les plus remarcables. On peut dire la même chose en ce qui concerne le chant qui compte parmi ses meilleurs interprètes des ces dernières années Pericón de Cádiz, El Flecha de Cádiz, El Beni de Cádiz, El Chato de la Isla, Fosforito, La Perla de Cádiz, El Camarón de la Isla, Chano Lobato y Juanito Villar, entre autre.

Le 'toque' se réalise soit à trois/quatre, soit à six/huit. Dépendant de la variété, la base rythmique se fait soit par en haut (mi/si), soit par en-bas (la/mi) ou en do/sol, même si d'autres accords peuvent aussi se réaliser sur la même tonalité.

Provenance: Cádiz , Córdoba.

Produits associés

Nous utilisons nos propres cookies et ceux des tiers pour améliorer l'expérience de navigation. En poursuivant la navigation nous comprenons que notre politique cookies est acceptée.